« Terre des oublis », voyage au Vietnam

31 août 2009

Ces derniers temps, j’ai lu « Terre des oublis » de Duong Thu Huong. J’avais eu du mal à accrocher à l’époque où je l’avais acheté il y a quelques années, et puis là, le voyage approchant, je m’y suis plongée, cette fois complètement. C’est une histoire qui se passe au Vietnam, quelques années après la fin de la guerre, c’est-à-dire au début des années 80. Une femme Miên, mariée depuis de nombreuses années avec Hoan qu’elle aime passionnément et avec qui elle a un fils, voit réapparaître son ancien mari Bôn, déclaré mort pendant la guerre, après une absence de 14 ans. La pression sociale du village où ils habitent la fait choisir le héros de guerre, et elle part habiter dans sa cahutte délabrée. On suit l’histoire à travers les yeux des trois personnages en alternance, et malgré une ambiance mélancolique, parfois nostalgique, elle nous tient en haleine jusqu’à la fin. A vrai dire, je ne cherche pas vraiment à vous livrer une critique de cet ouvrage, je voudrais plutôt vous parler du sujet qui nous réunit ici: la nourriture!! encore et toujours. L’auteur nous livre une description précise des vies des personnages, des odeurs, des paysages, et bien sûr des repas. L’ensemble m’a donné encore plus envie de découvrir le Vietnam et sa gastronomie. Voici quelques extraits décrivant des plats:

« – As-tu déjà goûté de la viande de sanglier grillée?

– Oui, quelque fois.

– Macérée avec quoi?

– Des oignons et du poivre moulu.

– Quelle bêtise! Il faut la faire macérer dans de la graisse liquide, des oignons séchés, de l’ail séché et pilé, du poivre vert et des feuilles de menthe-cannelle. Ce n’est pas tout, il faut ajouter un peu de sucre, un peu de sel, quelques poignées de graines de sésame grillées, de la citronelle bien pilée. Renifle voir si la viande dans cette bassine fleure bon tous ces ingrédients. »

ou encore:

« Ma mère était très bonne cuisinière. Dans les autres foyers, on savait juste bouillir les crevettes et les assaisonner avec du sel et du poivre ou bien griller les crabes pour les manger avec des patates. Chez nous, on avait droit à toutes sortes de mets : bouillie de crabe à la sauce d’huitre, soupe de vers à soie à la graisse de crabe et à la viande hachée et, tout particulièrement, crêpes de riz aux crevettes grillées et pilées, gâteaux de farine à la farce de crevettes… »

Avouez que c’est alléchant, non? Il ne me reste plus qu’à les retrouver sur place!

Duong Thu Huong parle aussi de bains dans lesquels ont fait bouillir des feuilles de pamplemoussier, des fleurs et des écorces de basilic, de la citronelle. Ca me fait vraiment rêver, pas vous?

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :